[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/234505128″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »300″ iframe= »true » /]

Ce soir, c’est la fête de la Musique. Pour fêter l’arrivée de l’été comme il se doit, Clothilde et Sven ont décidé d’organiser une petite fête au bord de leur somptueuse piscine. Cela fait maintenant des jours que je cherche en vain, disons plutôt désespérément, une tenue adéquate.

Pourquoi tant de hargne me direz-vous? Un mot: Amine. Comment ça ? Vous ne connaissez pas Amine ! Amine, c’est l’homme de mes rêves, l’homme de ma vie, mon âme sœur, même s’il ne le sait pas encore. Je vous vois venir, non ce n’est pas le 301ème. Aux oubliettes Dégoulinant*, Pedro** et tous ces mufles. Amine, c’est ce beau méditerranéen qui fait chavirer mon cœur depuis des semaines maintenant. Humour, galanterie, un regard de braise et un sourire à vous damner… Quand je vous disais que c’était la perfection incarnée, je n’exagérais pas. Que personne ne s’approche, c’est chasse gardée.

Bon, toutes ces divagations nous éloignent du sujet de base: MA TENUE. Soudain, il y a trois jours, en lisant le dernier Marie-Claire, j’ai eu une révélation: le TOTAL LOOK BLANC. Quoi de mieux pour rendre hommage à cette belle saison qu’est l’été que le blanc ? De plus, c’est la grande tendance de cet été.

Mardi, 17 heures, je sors du bureau à toute allure. Petit pas chaloupé pour éviter Stacy et sa légendaire technique du Chat Potté « j’aurais besoin de ton aide pour un dossier urgentissime« . Ce soir plus rien ne compte à part ma mission: trouver LA tenue qui fera chavirer Amine.

19h13, je suis en ville, après plus d’une cinquantaine d’essayages, j’ai enfin une partie de ma tenue: un sublime smoking blanc que je compte porter sur peau nue: sexy chica ! Avec, j’opte pour des sandales à talons vertigineux couleur corail, histoire d’éviter l’effet mariée échappée de l’église. 19h50, j’attrape au vol, une petite minaudière à bijoux, la dernière en stock, ouf je l’ai échappé belle. Amine, tiens-toi prêt, Euphomania arrive.

De retour chez moi, j’essaie ma tenue complète. Ô Malheur, la lumière artificielle avait réussi à masquer mon teint digne d’attiser la jalousie de Morticia ! C’est simple, je suis si blanche qu’on pourrait croire que Casper a décidé de revêtir un Smoking. Il est hors de question qu’Amine me voit dans cet état.

Je n’ai plus d’autre choix que d’avoir recours à des artifices. Je n’ai que jusqu’à vendredi soir pour trouver la solution la plus adéquate. Google, sors-moi de ce mauvais pas, je t’en supplie. Tiens, je repère un institut de beauté qui semble particulièrement bien noté. Cinquante avis positifs, voilà de quoi me rassurer. Je note le numéro et me promets de les appeler demain pour prendre un rendez-vous pour vendredi soir. Impossible de faire un test avant, la semaine s’annonce chargée et je ne pourrai pas prétexter une urgence médicale une fois de plus. J’ai bien pensé à dire que ma grand-mère était morte mais tout de même, j’ai encore un minimum de cœur. Je file me coucher, l’esprit léger, et pense avec excitation à vendredi soir.

Mercredi, je n’ai pas eu une minute à moi. Quand je finis par appeler le salon, ils n’ont plus aucune disponibilité avant lundi prochain. Malgré mes supplications, ils n’ont vraiment rien pu faire. En désespoir de cause, j’ai demandé son aide à Stacy qui m’a vanté les mérites d’un salon d’esthétique non loin du bureau, pile poil ce qu’il me fallait. J’appelle en hâte, le rendez-vous est pris pour vendredi 19H30. Ils sont arrangeants, ça s’annonce plutôt bien.

Vendredi soir, me voilà au salon, l’endroit m’inspire moyennement confiance. Il se trouve dans une ruelle désaffectée sans le moindre passage. Les clientes ne semblent pas se bousculer au portillon. Dans quelle galère me suis-je encore embarquée ? Il est trop tard pour faire demi-tour. Après ma séance, j’enfile directement ma tenue et mes accessoires et me met en route pour la soirée. Dans la rue, je sens parfois des regards se poser sur moi, mon léger hâle fait son petit effet on dirait. J’espère qu’Amine appréciera l’effort.

21 heures, après plus de 50 minutes à me débattre dans les transports parisiens, j’arrive enfin, en retard comme toujours. Je marche, d’un pas décidé, l’air assuré en direction des hôtes de la soirée… C’est étrange, tous les regards sont tournés vers moi. Je veux bien que ma tenue soit une réussite mais je sens que quelque chose ne va pas. Quand soudain Fatou m’agrippe et me traîne à l’intérieur de la maison direction la salle de bain. Lorsque je vois mon reflet dans le miroir, je comprends enfin l’étendu des dégâts. Adieu bronzage californien, bonjour teint orangeâtre, et pas une belle orange qui aurait muri au soleil, non plutôt les fins de marché d’une couleur chimique assez peu engageante. J’ai envie de fondre en larmes, mais Fatou me remonte le moral et me conseille d’affronter la foule sans tenir compte des nombreux regards portés sur moi. Après plus de vingt minutes de négociations, je me décide enfin à rejoindre le reste des invités au bord de la piscine.

Quelques minutes plus tard, Amine engage la conversation. Je bafouille, hésitante. Petit à petit, nos langues se délient, on s’amuse même de ma situation. La discussion va bon train. Fatou me lance des œillades « très discrètes« , et je rougis (merci mon bronzage mandarine qui camoufle tout cela).

Aux alentours de 22 heures, l’arrosage automatique se déclenche. Il semble que Sven a oublié de le désactiver pour la soirée. En l’espace de trois minutes, me voilà trempée. Mon smoking blanc est devenu transparent. Tous les invités peuvent profiter de « ma plastique de rêve », aheum… Mais ce n’est pas le pire. Mon bronzage a décidé de se faire la malle et coule lentement sur mes habits d’une façon extrêmement élégante. Amine me regarde aussi amusé qu’ennuyé. Il me propose de rentrer me sécher et me prête sa veste. Je suis mortifiée. J’aimerais m’enterrer à dix mètres sous terre et ne jamais revenir. Voyant ma mine déconfite, il fait tout pour dédramatiser la situation. Mince, en plus, il va maintenant falloir que je prenne les transports dans cet état.

Au moment de partir, je sens une main qui me retient, c’est Amine. Il me propose de me raccompagner,  j’accepte bien volontiers. Dans l’ascenseur, je sens quelque chose dans ma poche. Tiens un petit mot écrit à l’autobronzant, quel farceur. Il me laisse son numéro et me propose de nous revoir. J’exécute une petite danse de la joie avant de me remarquer la présence de mon voisin, Claude. Je ne vous ai jamais parlé de Claude ? Comment vous expliquer cela ? C’est le genre de personnes avec qui vous n’aimeriez pas vous retrouver coincée dans l’ascenseur…

Adopter le total look blanc en toute sécurité

Quelques règles à retenir avant d’opter pour le total look blanc.

  1. On fait attention au choix des matières qui ne devront pas être trop transparentes sous peine d'exhiber les moindres détails de notre intimité.
  2. Ne JAMAIS tenter l'autobronzant le jour de votre soirée/sortie. Toujours vous laisser deux jours pour limiter les dégâts en cas de catastrophe. D'ailleurs, n'écoutez pas non plus, les conseils avisés de Stacy (oui, on a toutes une Stacy dans notre vie).
  3. Le total look blanc, oui, mais à condition de porter un accessoire de couleur, pour éviter l'effet marié/baptême/communion.

Euphomania

* Découvrez ici qui est Dégoulinant.
** Découvrez ici qui est Pedro.